Résultats de la recherche pour ' nara japon '



21 mai 2008 : Nara et les daims !!!

Enfin la visite de Nara, ancienne capitale impériale, et du fameux plus grand Bouddha du Japon !

Notre visite a commencé par la rencontre de japonais déguisés en daim (Nara ville des daims, n’est-ce pas?) qui voulaient qu’on donne une pièce pour la « sauvegarde » des daims. Y en a tellement (environ un millier) que je suis pas sure qu’on puisse parler de sauvegarde. Du coup on a eu droit à une petite photo avec la peluche grandeur nature.

Ensuite direction le parc de Nara où se trouve les plus beaux temples de la ville. Entre autres Kofuku-ji, la seconde plus haute pagode à 5 étages du Japon (50m) et sa salle du trésor où sont entreposées de magnifiques statues du 7ième siècle très bien conservées. On peut y voir différents Bouddha et une statue d’Ashura, protecteur de Bouddha avec 6 bras et 3 têtes. Toutes les statues sont très expressives et sculptées pour le plupart dans le bois avec un réalisme surprenant.

Evidemment nous n’avons pas échappé au repas des daims, on peut acheter de petits gâteaux spéciaux et ils se jettent dessus jusqu’à vous mordiller le t-shirt. Après un bain de foule au milieu des lycéens japonais, tous en uniforme bleu et blanc (on se croirait dans les mangas) et avoir goûté à des brochettes de riz (un peu gélatineuses et élastiques comme la plupart des gâteaux ou confiseries sont ici) nous nous sommes dirigés vers le majestueux Todai-ji.

On aperçoit d’abord un immense portail en bois dont les portes sont ouvertes et nous donne l’accès au temple caché derrière une enceinte. L’entrée est de 500 yen (3 euros et qq.) et donne sur un immense jardin et le temple. Le seul point noir est le nombre très important de personnes (éviter d’y aller en pleine aprem un samedi) qui gâche l’atmosphère de « zenitude » de ce lieu, lumière tamisée et pièce remplie d’encens. Bouddha trône au milieu du temple sur sa fleur de lotus et est magnifique, on en reste bouche-bée. A la sortie du temple, on se prendra malheureusement une grosse averse (on sent la saison des pluies qui arrive, l’air est chargé en humidité) jusqu’au restaurant italien où on a rdv avec 2 japonaises.

Le resto est très class et ça fait du bien de manger autre chose que du riz ou du poisson cru comme une pizza aux 3 fromages !!! Je profite de l’occasion pour goûter leur « gâteau au chocolat » (qui est le même mot en japonais), un vrai fondant de chocolat noir, un délice. Pour finir la soirée les 2 japonaises, qui veulent apprendre le français, nous emmènent dans un bar à vin très cosy tenu par un barman japonais qui a vécu 6 ans en France donc bilingue. Les vins proposés ne sont pas exceptionnels mais ça passe.

15 mai 2008 : Aoi Matsuri Kyoto

15 mai 2008 : Aoi Matsuri à Kyoto
Album : 15 mai 2008 : Aoi Matsuri à Kyoto
Festival des roses trémières
45 images
Voir l'album
Festival des roses trémières !!! Nous voilà parties Marie, Christelle et moi à Kyoto pour un défilé de plus de 400 personnes vêtues en costume de la période des Héian. On avait 3 trains à prendre et seulement 4min pour changer à chaque fois mais on est arrivée à bon port sans encombre. Nous avons testées le taxi puisque c’était censé ne pas être cher mais on n’avait pas prévu les bouchons, au final on s’en est tirée pour le double de prévu. Les taxis ont des portes automatiques donc il suffit de faire la queue à l’arrêt et les taxis défilent. Les japonais sont très disciplinés pour tout ça, à chaque fois que l’on a pris le train-métro, pas de cohue. Des files se forment devant des marques au sol et chacun avance docilement sans pousser ni doubler son voisin ! On est donc arrivée devant un immense parc avec un temple à l’intérieur et déjà rempli de monde pourtant une heure avant le départ du défilé. On a pu apercevoir des geishas et leur superbes kimonos et au bout de 2h on a abandonné la procession parce-qu’en ça devenait infernal de se faire écraser et que le soleil tapait (pour preuve, plusieurs coups de soleil sympathiques). On s’est donc promenée dans les rues marchandes, on a même trouvé un café français pour manger une glace. Les ruelles du quartier de Gion (un des geishas) sont magnifiques car les maisons sont typiques et l’ambiance et spéciale, on croise pas mal de femmes en kimono tous plus colorés les uns que les autres. On a aussi flané dans les boutiques de kimonos, éventails, piques à cheveux pour les coiffures de geishas…(ahhh on aurait tout pris !! mais c’est vraiment cher).

On a aussi prié au temple Yasaka-jinja, si je me souviens bien il faut lancer une pièce, se baisser (saluer) taper dans ses mains 2 fois, se rebaisser, prier et sonner la cloche en tirant sur une énorme corde. Le seul détail que l’on avait oublié est que les temples ferment à 16h, on n’a donc pas pu visiter l’intérieur. On s’est rattrapée en se promenant dans le quartier de Shinbashi où se trouve la ruelle la plus romantique et attachante (selon le guide) de Kyoto. Elle se trouve le long d’un petit canal bordé de maisons de thé des geishas (ochaya en bois) et de saules.

On a ensuite testé un resto japonais, au menu il y avait de la tempura (friture de légumes, poissons ou autres) et des sushis. Le cuisinier a eu la main un peu forte avec le wasabi, heureusement le thé était là pour calmer nos bouches enflammées. Nous voilà reparties pour dénicher un bar. Épreuve difficile à Kyoto où il y a beaucoup de bar louche avec des filles à disposition, heureusement le nom des bars et les photos à l’entrée nous permettent de les éviter. On tombe sur une entrée qui a l’air sympa, le bar est l’étage et il faut monter par un escalier minuscule. Il nous prend un fou rire quand on arrive en haut car la pièce doit faire 10m² juste la place pour une banquette et un comptoir et il n’y a que 2 personnes mais les serveurs sont très sympas. Les derniers trains pour rentrer sur Nara sont à 0h-0h30, on décide donc de partir à 22h pour rejoindre la gare. Naïvement, nous n’avons pas réalisé la distance à parcourir on a donc du se mettre à courir car il nous fallait de la marge pour avoir nos 2 correspondances avant minuit et Kyoto est environ à 1h30 de train de Nara. Évidemment, pour en rajouter une couche on se perd dans l’immense gare de Kyoto de 15 étages et on ne trouve plus la bonne ligne de train. Finalement en demandant à plusieurs guichets on retrouve notre chemin et miraculeusement on réussit à prendre tous nos trains y compris notre dernière correspondance qui part au moment où l’on monte dedans et qui est le dernier train de la journée.

 

10 mai 2008 : Osaka party

Premier cours de japonais ! La fac permet d’assister gratuitement à des cours de japonais donc on va en profiter. Pour le moment, on a donc appris les phrases de base et la prononciation. Par exemple : watashi wa Fanny desu (à prononcer dèss) qui veut dire je m’appelle Fanny. La prof est très dynamique et on parle beaucoup pendant le cours ce qui aide à se souvenir du vocabulaire. La plus grande difficulté est de saisir si la prof parle japonais ou anglais. Cette journée a été très pluvieuse et avec pas mal de vent donc on n’a pas pu aller se promener dans Nara (prononcer Nala). On est donc resté au chaud à discuter et boire du thé. On a aussi testé les brochettes de viande, du thon-mayo entouré de riz compact et des sushis à plusieurs légumes.

Le soir, on est allé en train à Osaka (environ 30min) avec Marie, Shige, Hayato et Tetsu (les 3 japonais qui étaient venus à Toulouse). On a eu droit à un magnifique feu d’artifice (hanabi) depuis le train, vraiment impressionnant au milieu de tous ces buildings. Dans les rues, la foule est présente partout et les panneaux publicitaires lumineux aussi. On s’est promené dans des rues couvertes pour chercher un resto et on a vu toutes sortes de personnes, quelques sdf, beaucoup de working-man, et beaucoup de filles de notre âge (ou peut-être plus vu que c’est impossible de leur attribuer des âges) habillées extrêmement vulgairement. D’ailleurs on se demandait vraiment si elle n’était pas là pour travailler, mais non ! c’est la mode des filles branchées qui sortent danser. La mini-jupe ou le mini-short est de rigueur malgré qu’il pleuve et fasse 10°C et bien sûr les portes jarretelles qui dépassent aussi. Ce qui nous a encore plus choqué est comment elles se transforment, la plupart sont blondes platines avec des faux-cils, un faux bronzage ou un maquillage qui leur fait la peau blanche. Elles ressemblent donc à des poupées vulgaires. On a aussi remarqué qu’en général elles ne savent pas marcher avec des talons car la pointe de leurs pieds se fait face. Ca rajoute une couche à leur non-« élégance ». Enfin bref, Osaka est une ville cosmopolite. Le nombre de salles de jeu, par exemple ceux où il faut attraper une peluche avec une pince, est assez impressionnant et elles sont souvent destinées aux adultes. A tous les coins de rue il y a des karaokés ou des restaurants. On a donc choisi un restaurant de sushi. On a d’abord commandé une soupe miso (soupe avec un morceau entier de poisson dedans avec la peau les nageoires et tout !) et on a pris différents sushis qui défilaient le long de la table. Tout ça accompagné de thé chaud, c’était très bon juste un peu bourratif. A la fin du repas, la serveuse scanne les assiettes que l’on a pris car le prix varie suivant la couleur de l’assiette et donne la note. Après le repas, on devait aller dans un club (le club Joule) mais les japonais voulaient rentrer avec le dernier train de minuit et Marie Christelle et moi avions décidé de rester jusqu’au premier train vers 5h. On leur a donc proposé d’aller ailleurs dans un bar ou autre mais il voulait absolument y aller puisque d’après ce que l’on a compris ils ne sont jamais sortis (ils ont entre 25 et 30ans) car leurs parents ne voulaient pas et que seuls les jeunes de « mauvaise famille » sortent. Il était 23h, on devait être 15 dans la boîte (dont 3 fausses blondes) et on a réussi à rencontrer un belge qui nous a entendu parler français et qui est barman de temps en temps dans ce club. La musique était apparemment de la trance (sorte de techno dance), pas trop ce que j’écoute d’habitude mais ça allait. 2h après le club était plein et on avait réussi à convaincre les japonais de rester. C’était vraiment énorme, on s’est amusé jusqu’à 5h. Les gens ne dansaient que par moment, les filles surtout ne dansaient pas vu leur talon de 20cm et tout le monde était tourné vers le dj comme pour écouter un concert. On nous a demandé plusieurs fois d’où on venait et on nous regardait bizarre ou fixement. Au retour on a donc repris le train, le soleil était levé et on a pu admirer le paysage. Osaka est immense !! Le train pour aller à Nara va vers la montagne donc d’un côté il y a la ville ultra-développée et toute grise et les derniers immeubles sont au pied de la montagne qui a une végétation épaisse et verdoyante. On a aussi croisé des lycéens dans le train de 5h22 un dimanche qui allaient faire du sport tous en uniforme, d’après Shige c’est l’usage au Japon. La station de train se situe à 15-20min à pied de NAIST (la fac) et le trajet semble interminable quand on a mal partout..

10 mai 2008 : Osaka party
Album : 10 mai 2008 : Osaka party
Folle nuit sur le dancefloor au club Joule (regardez bien les magnifiques looks de des clubbers japonais)
22 images
Voir l'album

 

12345


Le Grand Turc |
Rénovation du Riad Zitouna ... |
Stage en Irlande |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue dans le nord !
| London State Of Mind
| C'est parti pour Tahiti !!!